Les célèbres badges

Avec N’èst-ce nin la liègitude ?



Derrière les célèbres badges « N’èst-ce nin chose ? », on retrouve deux femmes partageant un amour sans limite pour Liège et un certain grain de folie. Rencontre avec celles qui ont rendu cool Charles Ingalls et qui font maintenant défiler Tchantchès dans les rues de la cité ardente.

Tout a commencé par un bon délire entre Catherine et Cécile en avril 2016 : « On a eu envie de créer un objet vintage, sympa et décalé, avec des gens de notre époque ». Sur des photos de Kermit, Magnum ou encore Frida, elles ont apposé un bandeau avec une expression qu’elles emploient souvent : « N’èst-ce nin... ? ». De vraies liégeoises ! C’est Willy Demeyer qui a été leur premier cobaye : un test de badge réalisé pour le fun sur une machine empruntée. Notre bourgmestre s’est vu offrir ledit badge et la vidéo de cet instant-clé eut un énorme succès sur le net. Ce fut ensuite au tour d’un grand nombre de personnages, acteurs ou chanteurs des années 80 de prêter leur frimousse. Le concept s’est alors rapidement décliné à toutes les sauces : pour des évènements privés (inauguration chez Cible), des fêtes (Lapinou Year, Les Cocognes), ou encore des demandes personnelles (une annonce de grossesse) : « N’èst-ce nin une petite crevette ». Amusées, les deux amies nous confient : « On a commencé à faire ces badges pour déconner et, finalement, les gens les ont achetés ».